restauration meubles oise - ebenisterie d'art Oise -  restauration meubles Senlis -  ebenisterie d'art Senlis - restauration meubles Paris - ebenisterie d'art Paris - restauration  - meubles Chantilly -  ebenisterie d'art Chantilly - restauration meubles Hauts-de-France - ebenisterie d'art Hauts-de-France -  restauration meubles Seine et Marne -ebenisterie d'art Seine et Marne - restauration meubles val d'Oise -  ebenisterie Val d'Oise -restauration meubles Pierrefonds - ébénisterie d'art Pierrefonds - restauration meubles Reims - ebenisterie d'art Reims - restauration meubles Marne - ebenisterie d'art Marne -  restauration meubles Compiègne -  ebenisterie d'art Compiègne - restauration meubles Paris - ebenisterie d'art Paris -restauration meubles val-d'oise - ebenisterie d'art val d'oise - restauration meubles Lamorlaye - ébénisterie Lamorlaye - restauration meubles Gouvieux - ébénisterie d'art Gouvieux - restauration meubles Hauts-de-Seine - cannage rempaillage Oise - restauration meubles Tours - ébénisterie d'art Tours

Matériaux rares utilisés en restauration de meubles ébénisterie d'art D.HERMAND, Paris, Oise, Hauts-de-France, Reims.

Cabinet en bois d'ébène et ivoire

Cabinet 2

Quelques matériaux rares utilisés en ébénisterie d'art

Beaucoup de meubles, d'objets et d'ouvrages de marqueterie s'agrémentent de motifs réalisés dans des matières assez rares : Ecaille, corne, ivoire, os, nacre, marbre et pierres fines, fanons de baleine etc.

En restauration de meubles il m'arrive souvent de rencontrer ces matériaux pas toujours faciles à travailler.

La corne:

De couleur blanche ou noire, on en fait des incrustations ou des entrées de serrure. Elle se travaille aisément à chaud, on la fait bouillir dans de l'eau pour la ramollir, si on veut la galber. Elle se scie, se lime et se tourne très bien. On la colle à la  colle forte animale (Colle d'os ou de poisson), parfois aussi à la cyanolite mais c'est une colle non réversible. On la polit avec de l'abrasif ultra fin (type carrossier grain 400 puis 600) que l'on utilise avec une goutte d'huile de lin, puis avec une pâte à base de tripoli.

En ébénisterie elle est souvent teintée de vert ou de bleu.

 Cartel LXV en corne verte

Sitcarcor

 

 

L'écaille :

De couleur ambrée, elle provient de la carapace des tortues. Elle est utilisée en marqueterie pour faire des incrustations. Comme la corne, elle se travaille à chaud, se ponce et se polit de la même manière.L'écaille en tant que matière a été beaucoup utilisée dans les arts décoratifs. Le type d'écaille le plus prisé des artisans, tant tabletiers qu'ébénistes, est fourni par la tortue Caret (Eretmochelys Imbricata).

Cartel en écaille brune et laiton

CartelElle est noire à brun foncé, plus ou moins tachetée de jaune à brun clair. Elle se trouve en plaques de tailles très diverses et d'épaisseur allant de 8/10 de mm à 4 ou 5 mm. Au XIXe siècle, on utilise un autre type d'écaille, la Franche, venant de la tortue verte (Chelonya Mydas). Les plaques sont beaucoup plus minces. C'est aussi ce type d'écaille qui fut utilisé à l'époque Art Déco par Jules Leleu par exemple. Suite à la convention de Washington, ce type d'écaille est absolument interdit au commerce, même les stocks ancien.

Morceau d'écaille naturelle

Morceau d'écaille de tortuePetit cabinet flamand en écaille rouge

20160508 142522

Marqueterie Boulle vue de près         

Marqueterie boulle 1

Commode LXIV en écaille laiton et ébène

Nicolas sageot1

L'ivoire :

Il provient principalement des défenses d'éléphant On peut ajouter à cette variété, l'ivoire des dent d'hippopotame qui est le plus recherché. Il surpasse en finesse et en dureté celui des défenses d'éléphant

Ivodef

Le poids d'une défense d"éléphant varie suivant sa longueur et son diamètre. les plus belles qui mesurent de 2,30m à 2,50m, pèsent entre 75 et 80 kg.

Les blocs d"ivoire gauchissent comme le bois, il faut donc les maintenir à plat.. On le ramollit pour mieux le travailler, en l'immergeant deux à trois jours dans l'eau froide. C'est de cette façon qu'on peut redresser des filets de marqueterie déformés et qui, traités autrement se briseraient. Il faut le faire sécher très lentement et ne jamais l'exposer à une chaleur brusque qui provoquerait un rétrécissement et le fissurerait dans ses fibres. Il se colle à la colle forte. On peut blanchir l'ivoire par immersion dans de l'essence de térébenthine dans un récipient en verre que l'on soumet au rayonnemment solaire.Il se polit très bien.

Panneau de porte en noyer et ivoire

Porte meuble renaissance

La nacre :

Extraite de coquillages, elle s'irise de bleu, de gris , de rose ( l'orient) . A la fois dure et fragile, elle se scie et se lime malaisément. Réalisé à la main le polissage en est très long et fastidieux, il faut égaliser à la lime très fine enduite de craie afin d'adoucir le mordant, puis continuer à l'abrasif 400 et 600 monté sur une petite cale de bois dur. Un très beau musée retrace " l'art de la nacre" situé à Méru dans l'Oise, ancienne capitale mondiale de la nacre.

Détail d'une marqueterie NIII : nacre  ivoire laiton

Marqueterie NIII, poirier noirci, laiton, ivoireLa nacre est utilisée depuis l'Antiquité. Au Moyen-Age, elle était appelée "coquille de perle" et servait à fabriquer de luxueux objets. C'est à partir du XVIe siècle, après les grandes découvertes de nouveaux territoires, que son usage devint plus courant. Elle servit alors à décorer des pièces de mobilier sous forme d'incrustation. Aux XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, cette matière fut très utilisée en boutonnerie et en tabletterie ainsi qu'en marqueterie

 

 

 

L'os :

Il s'agit de tibias de boeuf, de cheval ou de mouton que l'on utilise à la place de l'ivoire, on en fait des entrées de serrure. Le placage d'os sert dans la composition de marqueterie ancienne aussi bien dans les motifs que dans les filets. Sa blancheur l'emporte sur celle de l'ivoire mais se structure fibreuse le rend inférieur, il est assez dur et cassant. Avant l'usinage de l'os on le fait bouillir pour le dégraisser et éliminer la moêlle.  L'os se blanchit à l'eau oxygénée en l'immergeant un ou deux jours. Il se polit comme l'ivoire et se colle à la colle animale.

Osgeor

Table de tric-trac : le fond en os naturel et teinté vert

20160325 104019

Les fanons de baleine :

On désigne sous le nom de baleine, les lames de corne ou fanons qui sont implantés de chaque côté de la machoire supérieure de la baleine. Leur longueur est de 2 à 4m, pour une largeur de 0,08m à 0,10m. Pour travailler ces lames, on les fait bouillir dans l'eau pendant 24h, et quant elles sont ramollies, on les débite dans le sens de la longueur.On en faisait des filets de marqueterie d'un très beau noir. C'est une matière très flexible et d'un maniement facile, qui se travaille et se polit comme l'ivoire et la corne.

Le Galuchat :

Le Galuchat est la peau de raie de l'espèce "Sephen" ou de requin de l'espèce "cuniculus". Cette peau est appelée ainsi du nom de son premier utilisateur qui était gainier vers 1769 à  paris. L'utilisation de peaux de poisson en ébénisterie et gainerie remonte fort loin dans l'histoire. En Europe, les premières traces d'utilisation avérées se situent vers les XVe et XVIe siècles. Bellon, vers 1550, affirme qu'on en couvrait des boîtes ainsi que les poignées des dagues et des épées. De même, lors d'un voyage aux Pays-Bas entre 1520 et 1521, Albert Dürer, le célèbre graveur allemand, note dans ses comptes l'achat d'objets divers couverts de peaux de poissons venant des "Indes".

Ce sont les Japonais qui furent les premiers à utiliser le type de galuchat que nous connaissons sur les meubles Art Déco. Eux l'utilisèrent en poignées et fourreaux de sabres (katana) ainsi qu'en plastron d'armure, à cause de la dureté de la matière. Les spicules (sortes d'écailles) ayant la structure d'une dent humaine (dentine + métal). Ils l'ont aussi employée dans le gainage de petits coffres.

Le galuchat de la période Art Déco est tiré des peaux de la raie Dasyatis Sephen.

Le corail marin :

Cet animal est employé assez rarement en marqueterie. On le pêche dans les mers chaudes. Le plus estimé est celui de la Méditerranée. Le tissu du corail est constitué par une colonie de polypes sue un axe calcaire rouge ou blanc,assez analogue au grain fin et compact des marbres les plus beaux.

On le débite par des procédés semblables à ceux de la  nacre.

Les métaux :

Depuis longtemps les métaux sont utilisés en ébénisterie, ou dans la composition des motifs de marqueterie. A la fin du XVIIème siècle André-Charles Boulle utilise des feuilles de cuivre, de laiton et d'étain pour la décoration du mobilier. Ces métaux s'accordent très bien avec d'autres matières comme le placage d'ébène ou d'écaille de tortue.

Les métaux souvent utilisés sont les feuilles de cuivre naturel ou cuivre rouge que l'on nomme rosette. Le laiton est appelé cuivre jaune, ce métal est classé suivant la composition de l'alliage. Il est soit jaune rosé soit plus verdâtre. Pour faciliter le découpage on le recuit.

Motif en laiton découpé

Marqueterie laiton NIIIL'étain dont la couleur ressemble à celle de l'argent est un métal flexible et mou. On l'emploie en feuilles, mais parfois il est fondu et coulé dans des alvéoles qui lui sont réservés.

Au XVIIIème siècle dans des ouvrages d'une grande qualité, on utilisait l"argent qui parfois était incrusté dans un fond d"écaille de tortue. Sous différents aspects, les feuilles d'or étaient également découpées et incrustées. Cet or était un alliage d'argent et de rosette. De nos jours, on trouve facilement dans le commerce des feuilles de cuivre, de laiton et d'étain que l'on emploie surtout dans la restauration des meubles anciens.

Bien d'autres matières peuvent entrer dans l'ornementation du mobilier, comme le marbre, l'ambre, et les pierres précieuses.

Paesine

  Aussi appellées " pierres à images" Utilisées parfois por décorer des façades de tiroirs sur des cabinets, elles sont très décoratives.

Sciées et polies, les tranches successives présentant des dessins différents pour chaque coupe, les paésine évoquent des paysages ruiniformes. Les verts, bleus ou gris suggèrent le ciel et la mer, les veines brunes des maisons, des châteaux, tours, donjons et remparts, des églises et des villages en ruine ou des rivages, falaises et grottes. Les plus grandes peuvent mesurer près d'un mètre de longueur sur vingt centimètres de hauteur.

Paesine13

Date de dernière mise à jour : 18/04/2018

 IMPORTANT

L'atelier D.HERMAND est spécialisé dans la restauration des meubles anciens et l'ébénisterie d'art, par conséquent nous ne  faisons pas de "relooking"ni de réparations sur des meubles modernes. Merci de votre compréhension.